mardi 17 avril 2018

Chronique du Sablon - Partie six

Résultat de recherche d'images pour "bibliotheque brand whitlock"

Je vais encore régulièrement à ma bibliothèque de la rue de la Paille; elle porte un drôle de nom : "Brand Whitlock".

La première fois que j'y suis entrée, je devais avoir neuf ans, c'était en 1951. C'était avec notre institutrice de Dachsbeck. Elle nous avait expliqué qu'ainsi, tout le monde pouvait lire, apprendre et s'amuser.
Quoi?? Tous ces livres à notre disposition? Quelle surprise! J'allais de découverte en découverte...

J'en ai parlé à mon père qui m'a raconté qu'ayant quitté l'école à quatorze ans, il avait presque tout appris en empruntant des livres ici.
"Tu vois", disait-il, "les livres et surtout les dictionnaires, ils savent tout."

J'y allais tous les mardis après-midi, chercher au moins trois livres.

En grandissant, je voulais lire certains poètes et certains philosophes, mais il y avait une censure, alors on demandait aux plus grandes de prendre tel ou tel livre et nous les lisions en cachette des parents et du professeur.
Quel plaisir que de franchir les interdits...

Baudelaire, je ne comprenais pas tout. Rimbaud c'était bien. Paul Claudel et sa guimauve nous agaçait. François Villon quelle découverte! Quelle émotion! Et je pensais au gibet de la place Poelaert...

Les dames de la bibliothèque nous guidaient souvent dans nos choix. Comme j'aime l'histoire, elles me trouvaient des textes formidables. Je prenais toujours, sur leurs conseils, un livre d'histoire, un roman et un livre de philosophie. Et parfois, période de bloque, j'y allais pour étudier tranquillement... Et puis, ça sent bon le papier...

Cela fait 67 ans que je vais dans cet antre du savoir et je ne suis pas prête d’arrêter.


J.A.M

Aucun commentaire: