mercredi 15 novembre 2017

Nos richesses

Bonjour chers lecteurs, nous vous présentons l'ouvrage, et son auteure, qui ont remporté le prix Renaudot des lycéens 2017. 


"D'emblée, l'auteure prend le lecteur par la main, et guide ses pas dans les rues d'Alger, en 2017, face au soleil, passant devant les boutiques, la Casbah, l'imprégnant des couleurs, pour arriver devant ce qui fut la librairie « Les Vraies Richesses ».
Certes, la librairie n'existait plus en tant que telle depuis les années 90, reconvertie en une bibliothèque, gérée par Abdallah, un vieil homme qui veillait jalousement sur les livres. A son grand dam, elle va être vendue et transformée en commerce de beignets, tâche confiée à Ryad, jeune homme qui arrive de France pour un stage de formation qui va consister à faire place nette…
Le décor est planté et l'auteure va nous raconter l'aventure de cette librairie, bibliothèque, maison d'éditions, alternant les récits de Charlot, ses carnets précieux et l'opération de grand nettoyage de Ryad et l'Histoire.Kaouther Adimi nous donne la liste impressionnante de tout ce dont il doit se débarrasser : des milliers de livres d'auteurs français, étrangers, en arabe, des livres pour enfants, des ouvrages scientifiques, les meubles, les photos… mais aussi les manuscrits, les correspondances précieuses avec les auteurs que Charlot a publiés…Le simple fait de la lire m'a fait frissonner, (je dirais même crier intérieurement au scandale) car jeter un livre pour moi est un sacrilège ! Alors un tel trésor !J'ai beaucoup aimé suivre le parcours d'Edmond Charlot (que je ne connaissais pas, je le reconnais) dans la création de sa librairie « Les vraies richesses » avec peu de moyens, beaucoup de travail et d'opiniâtreté, la manière dont il prend soin de ses auteurs comme de ses lecteurs, ou déniche de nouveaux talents, les coups bas, la censure, les difficultés à trouver du papier pendant la guerre, sans oublier sa revue « L'Arche » …Il veut créer un espace ouvert aux lecteurs et aux écrivains de tous les pays de la Méditerranée, « gens d'ici, de cette terre, de cette mer, sans distinction de langue ou de religion ». Il soigne la présentation, la couverture, introduit le rabat où l'on peut lire le résumé du roman, sans oublier son catalogue recherché.Certaines réflexions résonnent étrangement tant elles pourraient être énoncées de nos jours, telle celle-ci, écrite le 17 décembre 1938« Aujourd'hui encore, des clients intéressés uniquement par les derniers prix littéraires. J'ai essayé de leur faire découvrir de nouveaux auteurs, de les inciter à acheter l'Envers et l'Endroit de Camus, mais totale indifférence. Je parle littérature, ils répondent auteurs à succès. » P 79On rencontre des auteurs qui ne sont pas encore célèbres, Albert Camus fumant une cigarette devant la porte de la librairie, Jules Roy, Vercors, Max-Pol Fouchet, Himoud Brahimi, Kateb YacineEmmanuel RoblèsSaint-Exupéry« Au fond, face à l'entrée trône un bureau en bois massif. Des photos en noir et blanc sont accrochées un peu partout. Ryad déchiffre les noms sous les portraits d'hommes dont la plupart lui sont inconnus : Albert CamusJules RoyAndré GideKateb YacineMouloud FeraounEmmanuel RoblèsJean Amrouche, Himoud Brahimi, Mohamed Dib… » P 48Le personnage d'Abdallah est très intéressant aussi ; émouvant lorsqu'il surveille ce qui se passe lors de l'opération nettoyage, debout sous la pluie, revêtu d'un drap blanc, tel un linceul. Il est la mémoire vivante du lieu, et respecte les livres, même s'il ne les lit pas.Kaouther Adimi raconte de fort belle manière l'histoire de la librairie en la mêlant à l'Histoire : celle du pays avec le centenaire de la colonisation en 1930, la seconde guerre mondiale où les Indigènes sont envoyés au combat comme les autres, et la manière dont ils sont accueillis au retour, les massacres de Setif, la Toussaint rouge, et ce qu'on appellera « les évènements d'Algérie », le mot guerre étant encore escamoté…J'ai beaucoup aimé ce voyage dans l'Histoire et la Littérature, et la petite histoire dans la grande et l'auteure m'a donné envie d'en avoir davantage, et de découvrir plus en profondeur les auteurs algériens que je connais trop peu.L'auteure a passé « un an à écumer les fonds d'archives », comme elle dit, pour nous offrir un roman riche et bien écrit, que j'ai eu du mal à lâcher, un de mes préférés de cette rentrée littéraire 2017." 

Source : Babelio

vendredi 10 novembre 2017

Armistice

PETIT RAPPEL : la bibliothèque sera fermée ce dimanche 12 novembre 2017

lundi 6 novembre 2017

Prix Goncourt 2017

Dans le cadre du prix Goncourt 2017, nous vous présentons l'auteur et le livre qui l'ont remporté:

« L’ordre du jour » d’Éric Vuillard.



L'Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d'intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l'Anschluss par l'auteur de «Tristesse de la terre» et de «14 juillet».

« Messieurs, vous venez d'entendre le chancelier Hitler, nous voulons une victoire aux élections du 5 mars pour stabiliser l'économie de l‘Allemagne, éradiquer les communistes et les opposants et supprimer les syndicats pour rétablir le pouvoir du chef d'entreprise. Je vous prie donc de cracher au bassinet ». C'est à peu près en ces termes que le président du parlement Goering s'adresse aux 24 industriels et banquiers convoqués le 20 février 1933. Les millions de Deutsche Marks de la compromission du grand capital au régime nazi assurèrent la fortune de ces familles qui règnent encore aujourd'hui et qui s'appellent Krupp, Siemens, Opel IG Farben, Telefunken, Bayer, BASF… Fortune construite sur le dos des prisonniers des camps de concentration notamment.
Ce petit chef d'oeuvre historique d'Eric Vuillard rempli d'ironie grinçante, relate une suite de rencontres déterminantes entre 1933 et 1938. le rêve d'Hitler est d'unifier les pays de langue allemande en une Grande Allemagne dont il serait le maître absolu. En 1936, il signe l'Accord germano-autrichien qui reconnaît l'intégrité de l'Autriche et la non-ingérence de l'Allemagne. En 1938, soutenu par les nazis autrichiens, civils et membres du gouvernement, il arrache un nouvel accord au chancelier Schuschnigg, remplacé illico par le sinistre Arthur Seyss-Inquart.
La rencontre entre Schuschnigg, qui invoque des règles de droit, et Hitler, qui fulmine devant tant d'audace, vaut son pesant de cacahuètes. « Hitler est hors de lui… A bout de nerfs, à vingt heures quarante-cinq exactement, il donne l'ordre d'envahir l'Autriche… le fait accompli n'est-il pas le plus solide des droits ? On va envahir l'Autriche sans l'autorisation de personne, et on va le faire par amour » (pp. 82-83).
Le 12 mars 1938, alors que les troupes allemandes et les blindés quelque peu récalcitrants de Guderian entrent dans une Autriche accueillante, un dîner mémorable se déroule au 10 Downing Street au cours duquel von Ribbentrop, ambassadeur d'Allemagne en Angleterre, abuse sans vergogne Chamberlain, premier ministre, Churchill et Cadogan, des Affaires étrangères, en racontant ses exploits tennistiques.
A se demander comment ces hommes à hautes responsabilités, Anglais autant que Français, ont fait pour se laisser impressionner et intimider par la stratégie de manipulation du démiurge, Hitler, qui observe les deux grandes puissances s'empêtrer dans leurs problèmes intérieurs. Il prévoit déjà de les faire plier à sa volonté, ce qui conduira aux Accords de Münich de septembre 1938 qui scellent l'annexion des Sudètes à l'Allemagne et le début de la Deuxième Guerre mondiale.
Ce qui fait la richesse passionnante de ce livre est le questionnement constant de l'auteur sur l'attitude de ces hommes politiques : ignorance ou légèreté, aveuglement ou crédulité, expectative ou manque d'anticipation, laxisme ou manque de courage ? 
Deux autres moments intéressants : celui de la propagande nazie et les lectures au procès de Nuremberg. Eric Vuillard est également cinéaste et il ne lui a pas échappé que tous les documents liés aux discours d'Hitler et à l'hystérie collective qu'il suscitait, sont des films de matraquage orchestrés par Josef Goebbels. On sait qu'il recrutait à tour de bras des militants nazis dans tout le pays. On sait qu'Hitler répétait sans relâche ses gestes théâtraux devant le miroir. On sait combien il trouvait juste et bon d'être acclamé partout où il passait. Mais on sait aussi qu'une partie des Allemands, après avoir cru à l'espoir de rendre au peuple sa fierté, a vécu la terreur exercée par ce régime salvateur. Alors, les images : mises en scène, montage ou réalité ? Nous ne le saurons jamais.
Lors du procès de Nuremberg, quel ne fut pas l'étonnement de certains inculpés d'entendre des communications téléphoniques de 1938 ou des extraits de leurs écrits sensés passer leurs consciencieux états de service à la postérité. Les juges ont appliqué les mêmes techniques d'information à outrance de Goebbels aux accusés, sans emphase ni applaudissements. 
Ce récit est une remarquable approche des éléments fondateurs de la Deuxième Guerre mondiale, certainement basé sur une documentation colossale et pourtant ramassé sur 150 pages. Un exploit de clarté et d'intelligence. 
Mon ordre du jour : continuer à lire Eric Vuillard."
ClaireG Source: Babelio

lundi 30 octobre 2017

LISTE D’ACQUISITIONS : octobre 2017


ROMANS

NOIR
Les larmes noires sur la terre / Sandrine COLETTE
 
POLICIER
 
Le lagon noir / Arnaldur INDRIDASON    
 



MANGAS
Après la pluie : 1-2 / Jun MAYUZUKI 
Dead dead demons dededede destruction : 4 / Inio ASANO
Gloutons & dragons : 1-2 / Ryoko KUI
Le maître des livres : 12 / Umiharu SHINOHARA  
Magical girl of the end : 13 / Kentarô SATÔ
Pluto : 1-8 / Naoki URASAWA 
Psycho-pass: inspecteur Shinya Kôgami : 1-4 / Midori GOTÔ
Terra Formars : 19 / Yu SASUGA 
 



 
OUVRAGES DOCUMENTAIRES
CUISINE               
Ma cuisine de cuisine aux huiles essentielles / Danièle FESTY : 641.55 FES m
 
HISTOIRE
 
  Le beau livre de la préhistoire : de Toumaï à Lascaux. 4 / Marc AZÉMA : 903 AZE b


Carthage et le monde punique / Hédi DRIDI : 94(397.3) DRI c
 
  Les Celtes : histoire et dictionnaire : des origines à la romanisation et au christianisme / Venceslas KRUTA : 94(364) VEN c
 
De l'Antiquité au Moyen Age : l'Occident de 313 à 800 / Jean DURLIAT 
: 94(4)"313/800" DUR a
 
  Histoire de Byzance : 330-1453 / John Julius NORWICH : 94(4/6) «04/14» NOR h
 
La Mésopotamie / Jean-Jacques GLASSNER : 94(358) GLA m
 
Les vikings : histoire, mythes, dictionnaire / Régis BOYER : 94(368) BOY v
 

HUMOUR


Ce que les mères n'avouent jamais, même sous la torture / Jessica CYMERMAN 
: 82-7 CYM c
 
 
 
 
 
 

 

jeudi 26 octobre 2017

Horaire de la bibliothèque

Lundi 30 octobre: 10h - 12h ; 13h - 18h

Mardi 31 octobre: 10h - 12h ; 13h - 18h

Mercredi 1er novembre: bibliothèque fermée

Jeudi 2 novembre: bibliothèque fermée

Vendredi 3 novembre: bibliothèque fermée

Dimanche 5 novembre: bibliothèque fermée

Halloween


Chair de poule:
Quand on proposa à RL Stine d'écrire 6 livres d'une nouvelle collection de livres d'épouvante pour enfants, l'auteur ne pensait pas que le succès lui en ferait écrire plus de 200 (!) et que les ventes se chiffrerait en millions, faisant de sa série jeunesse la seconde plus vendue du monde, juste derrière les Harry Potter. La série originale compte 74 livres en France et 87 aux Etats-Unis (entre Goosebumps etGoosebumps 2000) et aujourd'hui d'autres séries ont vues le jour, notamment "Chair de Poule Horrorland", "Chair de Poule - Le Château de l'Horreur" et "Chair de Poule - Monsterland". RL Stine n'a donc pas fini de nous effrayer!

Voici quelques un à venir découvrir dans votre bibliothèque:



- La bague maléfique
- Dangereuses photos
- Kidnappés dans l'espace !
- Le jumeau diabolique
- Retour au parc de  l'horreur
- Comment tuer un monstre
- La fièvre de  la pleine lune
- Sang de  monstre II
- Le fantôme du miroir
- Le retour du masque hanté
- Ne réveillez pas la momie!
- La malédiction de  la momie
- Concentré de  cerveau
- La rue maudite
- Frissons en eau trouble
- Le fantôme d'à côté
- Des appels monstrueux
- La maison des morts
- Le fantôme décapité
- L'attaque des oeufs de  Mars
- La bête de  la cave
- Le parc de  l'horreur
- Sous-sol interdit
                                     - Le pantin maléfique
- Jeux de  monstres
- La menace de  la forêt
- La fête infernale
- Le coup du lapin
- Prisonniers du miroir
- Le souffle du vampire
- L'attaque des spectres
- Comment ma tête a rétréci
- Terreur sous l'évier
- Le loup-garou des marécages
- L'horloge maudite
- La nuit des pantins

- Abominables bonshommes de  neige
- Le fantôme de  l'auditorium


Joyeux Halloween à tous!

vendredi 20 octobre 2017

Petite recette pour Halloween

Voici venu le temps de la chair de poule, du retour de la magie et des bons petits plats. En cet honneur, la bibliothèque vous propose un repas sorti tout droit de ce merveilleux et terrible grimoire d'Aurélia Beaupommier, disponible à la bibliothèque. Bon appétit et bonne frayeur à tous!

Recette de géant - Les enfants en croûte:

Préparation : 15 min  Cuisson: 45 min

Préchauffez le four à 180°C (th. 6).

Dans une poêle bien chaude, saisissez le rôti à l'huile sur toutes ses faces, puis laissez-le reposer.

Rincez les feuilles de basilic, épongez-les à l'aide d'une serviette propre, et tant que vous y êtes séchez aussi le sol et le plan de travail.

Avec un couteau aiguisé, coupez la mozzarella - et pas vos doigts! - en tranches de 5 mm.

Attrapez un large rouleau à pâtisserie, plaquez la pâte feuilletée sur le plan de travail comme vous le feriez d'un ennemi, étalez-la en un grand disque de 2 mm d'épaisseur.

L'étape suivante est cruciale, concentrez-vous! A 2 cm du bord de la pâte, disposez les tranches de jambon en ligne, au centre, jusqu'à 2 cm du bord opposé. Ajoutez dessus les rondelles de mozzarella, puis les tomates séchées et le basilic. Le tout doit former une ligne bien régulière - pas comme un groupe de géants des montagnes.

Poivrez - atchoum! - mais ne salez pas. Déposez le rôti sur votre jolie ligne. Mouillez légèrement les bords de la pâte, et rabattez le bas, le haut, et enfin les côtés. Pressez légèrement pour bien emmailloter le rôti. Retournez-le et badigeonnez toute la pâte avec un pinceau trempé dans le lait.

Faites deux trous sur le dessus et à chaque extrémité afin que la vapeur puisse s'échapper. Enfournez pour 45 minutes avant que le roi et la reine des géants ne se mettent à table.

mercredi 11 octobre 2017

Prix Nobel de littérature

Dans le cadre du prix Nobel de littérature, nous vous présentons l'auteur Kazuo Ishiguro, Britannique d'origine japonaise, et quelques avis sur ses œuvres. Ici, le roman "Auprès de moi toujours".

Jadis, Kathy, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham, une école idyllique, nichée dans la campagne anglaise, où les enfants étaient protégés du monde extérieur et élevés dans l'idée qu'ils étaient des êtres à part, que leur bien-être personnel était essentiel, non seulement pour eux-mêmes, mais pour la société dans laquelle ils entreraient un jour. Mais pour quelle raison les avait-on réunis là ? Bien des années plus tard, Kathy s'autorise enfin à céder aux appels de la mémoire et tente de trouver un sens à leur passé commun. Une histoire d'une extraordinaire puissance, au fil de laquelle Kathy, Ruth et Tommy prennent peu à peu conscience que leur enfance apparemment heureuse n'a cessé de les hanter, au point de frelater leurs vies d'adultes.
 
" Quel étrange atmosphère dans ce roman... Le contraste étonnant entre les sujets abordés (le clonage, une certaine forme d'eugénisme, les progrès de la science) et le style, qui n'est pas sans rappeler des bouquins du 19e. Au début, les descriptions idylliques d'Hailsham se succèdent : l'endroit est splendide, il fait beau, les élèves évoluent dans la nature, ils créent, ils font du sport, les gardiens prennent soin d'eux... Et pourtant, on tique. Une impression fugace, une phrase tournée d'une certaine manière, un comportement bizarre. Il se trame quelque chose. Mais les élèves sont trop jeunes, ils ne se doutent de rien, et nous non plus. On préfère se laisser happer par les relations entre les personnages, par les mois et les années qui défilent, les petites anecdotes qui déchirent le voile, peu à peu. La vérité est lente à apparaître et même ainsi révélée, on doute, comme nos protagonistes.
Le roman s'articule en trois parties et chaque fois le ton est moins joyeux, plus triste, plus résigné, au fur et à mesure que le destin de l'héroïne se profile, qu'Hailsham s'éloigne et semble de plus en plus inaccessible. Ces clones à qui on a volé leur avenir, leur vie même, vivent à travers le rêve de leur enfance dorée, qui aura marqué leur existence à jamais. Kathy, la narratrice, ne cesse de parler en "nous" tout au long du roman et c'est bien de cela dont il s'agit : Hailsham est une grande famille, leur unique famille, et on n'en sort jamais complètement. La suite, les dons, les accompagnements, les rencontres... rien ne compte : il y avait Hailsham, et puis plus rien.
Au fil des mots empreints de nostalgie, on apprend à cerner les protagonistes. Ruth la colérique, son besoin d'intégration désespérant, ses manipulations doublées de gentillesse, parfois ; Tommy le rêveur, pas tout à fait à sa place ; et Kathy si fine et si docile. Même Madame finit par nous sembler humaine. Au fond, ils ressemblent à des enfants normaux, puis à des adultes normaux. Ils s'aiment et se détestent, ils s'interrogent sur leur place dans le monde et cherchent, eux aussi, douceur et compréhension.
Je ne sais quoi tirer comme conclusion de ce roman, mais j'ai beaucoup apprécié, notamment pour son style très pictural et pour la profondeur simple de ses personnages et des souvenirs qu'il évoque. "Auprès de moi toujours" réussit à parler de la mélancolie et de la nostalgie sans pour autant parler de lourdeur, ni même assombrir l'humeur du lecteur. Peut-être que j'aurais aimé un traitement un peu plus approfondi des thèmes - graves - abordés, mais je ne manquerai pas de trouver d'autres théories alarmistes dans d'autres bouquins. Pour l'heure, je suis heureux d'avoir profité de celui-ci."
 
"Je voulais voir le film, j'ai pas pu, alors j'ai lu le livre. Je n'ai pas été déçue, certains trouveront peut être que cela traine en longueur, mais ça se laisse lire sans problème, c'est touchant, ça pose question et ça dérange aussi un peu..."
 
"Pauvres créatures. Que vous avons-nous fait ?"
"L'écriture qui pour certains était mal retranscrite en français est tout simplement géniale. On nous embarque dans un univers dont nous savons rien au tout début. Qui sont ces élèves? Qui nous parle? Quel est le but de la manoeuvre? Petit à petit ils se révelent dans ce récit completement touchant, où le futur scientifique que nous imaginons tous comme une science fiction est déjà présent dans les années 90. Un drôle de bond dans le temps, mais tellement appréciable. On s'attache (peut-être trop vite) aux personnages, l'envie d'en savoir plus sur eux nous ronge, même si nous connaissons depuis le début leur sort.
Je recommande absolument."
 
 
Source: Senscritique
 
 
 
 
 
 
 

lundi 9 octobre 2017

Grève ?!

En raison de la grève annoncée ce mardi 10 octobre, la bibliothèque sera bien ouverte mais avec un service minimum. La salle de lecture (1er étage) sera, elle, fermée...

vendredi 29 septembre 2017

Tintin et Bruxelles...

Si vous ne savez pas quoi faire ce weekend, voici deux petites idées...

Ce samedi 30/09/2017, de 14h à 16h : 

De phylactères en phylactères et grâce au flair de Milou, nous vous invitons à découvrir un Bruxelles, guidés par notre cher reporter. Depuis les notes de la Castafiore devant le Théâtre des Galeries, jusqu'au port de Bruxelles avec le capitaine Haddock, en passant par l'évocation de la rencontre entre Tchang et Hergé, les idées géniales de notre professeur Tournesol et la collaboration de nos deux célèbres détectives Dupond et Dupont, nous vous ferons revivre... les aventures, celles qui mettent à l'honneur le 9ème art et un 'bruxelles autrement'.
Avec l'accord de Moulinsart http://www.tintin.com

Max 25 personnes
Où:
Devant le Café Des Halles
Place Saint-Géry 1
1000 Bruxelles
Téléphone:
0496 38 85 94 - Réservation obligatoire
Tarif:
8€
Public:
à partir de 4 ans
Internet:
http://www.itineraires.be
Enregistré par:
Sophie Legrand 
Catégorie:
Visite, balade 

Ce dimanche 01/10/2017, de 10h à 12h : Venez nous rendre une petite visite à la bibliothèque et laissez-vous tenter par l'un ou l'autre livre... La bibliothèque est ouverte !


vendredi 22 septembre 2017

Fureur de Lire


OYEZ ! OYEZ ! Dans le cadre de la Fureur de Lire, vos bibliothécaires ont le plaisir de vous inviter à des super lectures pour enfants sur le thème des Chevaliers. Si vous êtes intéressé, n'hésitez pas à nous téléphoner (02/513.09.66) pour réserver ! C'est gratuit mais les places sont limitées ! Venez vite festoyer avec nous!

mardi 19 septembre 2017

L'attaque des titans



L’attaque des titans de Hajime Isayama est, en apparence seulement, un manga très classique qui raconte une histoire suivant, au départ, les codes traditionnels du Shônen.

Cent ans après une catastrophe oubliée de tous, l’humanité se retrouve confinée dans une seule région. Grâce à l’aide de trois murailles concentriques d’une cinquantaine de mètres de haut et séparées les unes des autres d’une centaine de kilomètres, les êtres-humains se protègent des attaques de terribles titans, des créatures humanoïdes gigantesques et mangeuses d’homme.

Tout bascule, le jour où le Titan Colossale apparait et détruit le mur extérieur, premier rempart des hommes face aux titans, qu’on appelle le mur Maria. Les titans vont alors s’immiscer à l’intérieur de la brèche et semer le chaos, mangeant tout être-humain à leur portée. Les habitants restants doivent alors partir à toute hâte vers le mur intermédiaire, nommé le mur Rose.l

On suit l’histoire de trois jeunes gens, Eren, Mikasa et Armin dans leur périple. Lorsque la mère d’Eren se fait dévorer sous ses yeux, ce dernier jure de se venger, de détruire tous les titans et va s’engager dans l’armée avec ses deux compagnons d’enfance.

Un scénario classique en somme mais c’est ici que s’arrête l’histoire cousue de fil blanc. En effet, ce manga va introduire les codes du Shônen pour, ensuite, les déconstruire un par un et nous donner un spectacle fascinant, plein de surprises et de rebondissements.

Délivrant son histoire à une vitesse folle et en ne sous-estimant pas ses lecteurs, ce manga ne commet pas l’erreur, trop souvent présente dans les autres œuvres du genre, de sur-expliquer les règles de son univers et de pointer les évidences au public.

L’attaque des titans est un manga pour adultes, abordant, avec justesse, plusieurs thèmes de façon mature et réaliste.

Les héros sont de simples humains affrontant l’horreur avec courage, mais surtout avec peur et désespoir. Ces deux derniers thèmes sont d’ailleurs bien mis en avant et développés sous toutes leurs formes ; nous montrant la réalité des affres de la guerre, de la psychologie des soldats et de l’impuissance des hommes face à la mort soudaine et violente. On parle, ici, d’une véritable histoire militaire, complexe et réfléchie, et ne laissant pas la place au patriotisme, au nationalisme ou à la glorification guerrière, trop souvent présents dans ce genre d’œuvre.

Les thèmes de l’immigration, des réfugiés de guerre, de l’intrigue politique et de l’expérience sociale sont développés de façon approfondie et souvent accompagnés d’un réalisme cru.

Les personnages, nombreux, sont bien décrits. Ils sont d’abord présentés de manière stéréotypée, avec uniquement quelques traits de caractères, quelques détails, qui sont tous expliqués par la suite et qui démontrent qu’ils sont en réalité bien plus complexes et profonds que ne laissent supposer les apparences d’une première impression (comme dans la réalité ?).

Rien n’a été laissé au hasard, donc, prenez bien garde et essayez de repérer les indices parsemés au fil des pages et laissez-vous emporter par cette œuvre qui fait la part belle à une littérature trop souvent méprisée et jugée hâtivement par le public occidental.

lundi 18 septembre 2017

Dans le cadre de « la fureur de lire ».
Grand concours du meilleur mot d’excuse.

Du 18 septembre au 6 octobre ,
Inventez le meilleur mot d’excuse et pourquoi pas l’illustrer.
Déposez-le à la bibliothèque où il sera exposé.
Le plus original sera récompensé par un Jury d’experts.
3 catégories : 6-12 ans, 12-18 ans, Adultes



Bibliothèque Brand Whitlock 16 rue de la paille 1000 BXL

lundi 11 septembre 2017

Des hommes sans femmes







L’écriture et l’univers de Murakami ont toujours été très particuliers.
De Saules aveugles, femme endormie à L’éléphant s’évapore, sans oublier Kafka sur le rivage, Murakami est un écrivain qui mélange habilement l’étrange, l’intrigue et l’érotisme.


Dans ce recueil de nouvelles, il explore le thème de la solitude.
La solitude d’hommes, qui ont tous « perdu », d’une manière ou d'une autre, la présence d’une femme dans leur vie.
Que ce soit à travers le deuil, l’abandon ou l’amour soudain pour une femme inaccessible, toutes ces histoires se focalisent sur le sentiment, parfois injustifié et souvent égoïste, de la solitude, typée et complaisante, des hommes.


L’ambiance, ici, est celle de la mélancolie, de l’introspection et du Jazz.
Les clins d’œil à d’autres auteurs sont également nombreux, allant d’Hemingway à Kafka.


En définitive, cette série de nouvelles s’intègre bien dans l’œuvre de Murakami. Elle nous laisse avec « une envie de plus » et une impatience, certaine, pour ses prochains ouvrages.

jeudi 7 septembre 2017

Liste d'acquisitions Août 2017: Ouvrages documentaires







CUISINE

BEAUPOMMIER, Aurélia
La cuisine des sorciers
641.55 BEA c
CHEVALLIER, Karen
Vegan
641.564 CHE v

 

PSYCHOLOGIE/EDUCATION

MINOTTE, Pascal
Coopérer autour des écrans
159.922.8 MIN c
NELSEN, Jane
La discipline positive
37.018.1 NEL d
PEPIN, Charles
Les vertus de l'échec
17 PEP v