mercredi 15 juin 2016

La musique adoucit les mœurs




Aristote et Mc Solaar sont d’accord sur ce point : « La musique adoucit les mœurs »... mais pas uniquement. Ecouter de la musique a de nombreux bienfaits.


G.Klimt, La musique



« Selon Aristote  la musique adoucit les mœurs » (Politique - Livre V), en cela qu’elle fait partie de ces loisirs nobles qui n’ont d’autre finalité que le plaisir qu’on y goûte - indépendamment du délassement qu’elle procure. » De nombreux philosophes qui ont écrit sur la musique s’accordent pour attribuer à celle-ci d’immenses vertus.  « La musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée » (Platon) ; « Sans musique la vie serait une erreur » (Nietzsche) ; « On peut, après tout, vivre sans musique… mais pas si bien » (Jankélévitch).
À les  écouter on pourrait penser que cet art qui produit des effets sur l’âme par l’entremise des sens (Descartes), qui parvient même à représenter directement la vie de l’âme (Hegel), pourrait à lui seul susciter la paix et l’amour entre les êtres humains.



Quelques réflexions en vrac …

Des chercheurs finlandais ont découvert que faire écouter de la musique au fœtus l’aide à développer son cerveau et sa mémoire. Même après la naissance, un bébé se rappelle pendant six mois des sons entendus in utero.
De jolies berceuses, douces et rassurantes pour endormir ou calmer les plus petits. Berceuses classiques, berceuses du monde entier. Les berceuses sont intemporelles et internationales.


Une demi-heure de musique classique par jour : c’est obligatoire pour tous les enfants de Floride, aux Etats-Unis. Surnommée Beethoven’s Babies Bill, la loi 660 n’a pas pour seul objectif d’aider les petits à s’endormir à l’heure de la sieste, elle vise également à stimuler d’une façon harmonieuse leur développement cérébral…

Par ailleurs, une équipe de chercheurs chinois vient de démontrer qu’en stimulant la mémoire, l’apprentissage de la musique favorisait celui du langage. Ces études montrent surtout que, au cours des premières années de la vie, le cerveau – donc la façon de penser, de réagir, de se comporter – ne se construit pas seulement à partir des stimuli visuels et de l’ambiance familiale, mais aussi en fonction de l’environnement sonore. La manière dont il est structuré peut ainsi correspondre au style de certaines musiques. Par exemple, un cerveau « logique » et analytique se sent dans son élément avec une musique dite « intellectuelle ». C’est pourquoi beaucoup de mathématiciens adorent Bach ! Un cerveau « intuitif » ou « émotionnel » est plutôt touché par des musiques romantiques…

Vous êtes stressé ? Écoutez de la musique ! Elle réduit les concentrations sanguines en hormones du stress, et fait disparaître les tensions accumulées pendant une journée de travail. nous avons constaté que certaines musiques particulièrement apaisantes et harmonieuses font diminuer la concentration sanguine en hormone de stress. Une équipe de chercheurs de l’Université McGill au Québec ont découvert que le cortisol, hormone du stress, diminuait à l'écoute d'une musique relaxante. Ainsi, les patients ayant écouté de la musique avant une chirurgie serait moins anxieux que les personnes ayant pris des anxiolytiques. De plus, la musique accroît la motivation et le plaisir, diminue le stress et l’excitation, renforce le système immunitaire et consolide l’appartenance sociale et la confiance en soi.

Dans L'effet Mozart (Editions le jour), Don Campbell raconte comment les sons lui ont sauvé la vie. Victime d’un choc à la tête, il passe un IRM qui révèle la présence d’un caillot sanguin de 3 cm.
A 47 ans, il pouvait mourir d’une minute à l’autre d’un accident cérébrovasculaire. Seule issue : l’opération immédiate. De retour chez lui, Don se met à fredonner, doucement, en concentrant son attention sur le côté droit de sa tête. Peu à peu, il sent le pouvoir des sons investir son cerveau. En quelques jours, il commence à se sentir mieux. Il consulte alors des thérapeutes qui lui enseignent la guérison par les sons. Trois semaines plus tard, le médecin, perplexe, constate que le caillot ne mesure plus que quelques millimètres…

Farinelli, l’illustre castrat sauva - dit-on - le roi Philippe V d’Espagne de la neurasthénie et de la folie. Tiré de son apathie par cette voix prodigieuse le roi ne voulut plus se séparer de lui.

Musicien autodidacte et passionné, fervent admirateur de Wagner, Georges Duhamel (1884-1966) relate dans la Musique consolatrice comment la musique fut pour lui  un réconfort, surtout au cours des quatre années passées comme chirurgien au front  durant la Première Guerre Mondiale.

Autre expérience étonnante réalisée dans le métro de Newcastle, en Angleterre : les responsables de la sécurité des stations ont remplacé la diffusion de musique rock par du baroque. Vandalisme et agressions ont diminué de moitié ! Depuis, tous les services ont reçu ordre de diffuser des mélodies douces.

La musique, langage universel, abolit les frontières et les nationalités Le West-Eastern Divan Orchestra (Orchestre du Divan occidental-oriental) est un orchestre symphonique qui, sous l’impulsion du pianiste et chef d’orchestre Daniel Barenboïm, a la particularité de réunir chaque été environ 80 jeunes instrumentistes d’Israël, des États arabes voisins (Syrie, Liban, Égypte, Jordanie) et des Territoires palestiniens, qui viennent en Europe se former et jouer ensemble.

La musique a-t-elle une influence sur nos amis les bêtes ? Il a été prouvé par une équipe de psychologues de l’université de Leicester (Angleterre) que faire écouter du Beethoven à des vaches augmenterait la production de lait quotidienne. En effet, de la musique lente et calme les aiderait à se détendre et à ressentir moins de stress. En effet, celles-ci sont anxieuses car enfermées toute la journée dans une étable.

Comment une plante peut-elle réagir à la musique? Les plantes respirent par de nombreuses bouches, que l’on appelle stomates, et on a découvert que les stomates des plantes réagissent à la musique. Au cours des dernières années, les agriculteurs ont remarqué que suite à l'utilisation de la musique sur leurs plantes le volume de leurs plantations a évolué de façon exponentielle. Ce qui leur a permis d'avoir des tomates, des courgettes, des haricots ainsi que toutes sortes de fruits et de légumes d'une taille quasi double de leur volume habituel.  



Les musiques et leurs effets



H. Matisse, La tristesse du roi

Chant grégorien : basé sur les rythmes de la respiration, il donne une impression d’espace. Excellent pour travailler, se concentrer, méditer, il atténue le stress.

Baroque : les mouvements lents de Bach, Haendel ou bien Corelli donnent une sensation de stabilité, d’ordre, de sécurité et créent un environnement stimulant pour les travaux intellectuels.

Classique : la transparence et la clarté de compositeurs tels que Haydn ou Mozart améliorent la concentration, la mémoire et la perception spatiale.

Romantique : c’est la musique la plus chargée émotionnellement (Chopin, Liszt, Wagner) car elle recouvre toute la gamme des sentiments, de la plus grande tristesse à l’exaltation mystique.

Jazz, blues : les multiples formes « classiques » du jazz peuvent évoquer, comme la musique romantique, toutes les émotions humaines, mais elles ont un impact plus tonifiant sur l’organisme.

Rock : certaines formes « classiques » du rock stimulent les passions, d’autres relâchent les tensions intérieures. C’est la musique dont les effets divergent le plus d’une personne à l’autre.

Heavy metal, punk, grunge… : ces musiques, généralement écoutées très fort, affectent directement le système nerveux en sollicitant de manière excessive les tympans et les nerfs auditifs. D’où des réactions physiologiques immédiates telles que l’augmentation des battements cardiaques, de la respiration, de la tension, etc.

Techno : la pulsation et la fréquence de la basse rythmique qui sous-tend toute la techno dite « commerciale » évoquent les battements cardiaques. Plongé dans une ambiance techno, l’organisme est contraint de s’adapter à ce rythme, et ces fréquences modifient celles du cerveau. Ce qui provoque, à la longue, comme un « état de transe ». Les spécialistes de la médecine énergétique chinoise affirment que cette musique perturbe très gravement le « qi ancestral », c’est-à-dire l’énergie qui nous relie à nos vies passées et futures.

Sacrée : orientales, occidentales traditionnelles ou modernes, toutes les musiques sacrées ont la particularité de distendre le temps et l’espace et de faire passer le cerveau en « ondes alpha ». C’est pourquoi elles sont propices non seulement à l’éveil spirituel mais aussi à la relaxation et à la réduction des douleurs. 











Sources: http://www.psychologies.com/

 





Aucun commentaire: