lundi 13 avril 2015

Vivre vite

 
"Vivre vite, mourir jeune et faire un beau cadavre" 
Williard Motley, Knock on Any Door

C'est un sujet beau, sexy, emblème d'une vie brûlée par les deux bouts, emblème de la jeunesse et de plusieurs générations. Il est celui qui fait se pâmer les femmes et à qui les hommes tentent de ressembler....
James Dean est né le 8 février 1931, sa mère dit que c'était un bébé magnifique au teint clair, elle raconte que "Les gens qui l'ont vu dans ses tous premiers mois ont été frappés par sa beauté. Il souriait tout le temps et plongeait sur vous ses grands yeux interrogateurs." Enfin, ce n'est pas vraiment Mildred Wilson Dean, mère de James Dean qui raconte cela mais Philippe Besson qui, dans son dernier roman "Vivre vite" nous raconte l'histoire de la vie de James Dean en prenant tour à tour la voix de ceux qui l'ont entourés. Le récit commence par celle de sa mère, puis viens son père, sa professeur d'art dramatique, ses amis et petites amies et enfin James Dean.

Et c'est ce qui fait l'intérêt de ce dernier roman de Philippe Besson, car si tous le monde connait la vie de James Dean dans ses grandes lignes, peu savent ce que pensait de lui sa mère, sa première petite amie ou son producteur. Et Philippe Besson n'a pas fait les choses à la légère, puisque ce roman est si bien documenté qu'il aurait pu porter le nom de biographie.
Ce livre est composé comme un prisme, où chaque voix nous éclaire un peu plus sur le mystère d'une  vie, qui si elle ne dura que 24 ans aura eu l'éclat d'un diamant.
Enfin "Vivre vite" se lit vite, car cette fragmentation du roman en plusieurs petits récits nous propulse dans un rythme haletant de lecture.


Aucun commentaire: