mercredi 26 mars 2014

Aux origines de l'art ...

" l'art sauvera le monde " Fédor Dostoïevski

Tout indiquait qu'il y a quelques 40 000 ans, Sapiens fut le premier de nos ancêtres à décorer ses grottes. Mais de récentes découvertes vont bientôt bousculer toutes nos représentations ! En effet, selon des études récentes, Néandertal, Erectus, et même australopitecus ont, il y a très longtemps, posé les bases du "propre de l'homme" ! La faculté de voir ce qu'il n'y a pas, l'accès au symbolique, l'acte de modifier la forme d'un objet, bref... C'est la culture humaine tout entière qui fut bien antérieure à Sapiens !

Le mystère du petit galet de jaspe rouge



Ce petit galet de Jaspe rouge fut ramassé il y a 3 millions d'années par un australopithèque. Celui-ci l'a emporté et l'a gardé sur lui jusqu'à sa mort dans une grotte à Makapansgat, en Afrique. Le hasard a laissé dans ce petit caillou un trait horizontal ainsi que deux petits trous. Un curieux petit visage pour vous et moi, bien-sûr... Mais notre australopithèque l'avait-il remarqué ? A-t-il vu dans ce galet, comme nous le voyons dans notre Joconde, un mystérieux sourire ? Nous ne le saurons jamais ! Pourtant, conserver un objet jusqu'à sa mort est déjà en soi un acte si humain !

La silhouette de la "Vénus" de Berekhat Ram 





Il y a 250 000 ans, sur le plateau du Golan, un autre hominidé s'est penché sur une petite roche volcanique pouvant évoquer une silhouette féminine... Lorsque les experts l'ont retrouvée, ils ont été formels : si sa forme générale est naturelle, elle a été cependant  modifiée volontairement. Nous pourrions y voir une forme humaine. Si tel est le cas, ce serait le première représentation connue.

Que de chemin parcouru pour voir dans un petit galet ce qu'il n'y a pas ! Ou pour sculpter, fut-ce grossièrement, un objet ! Ainsi, à cause d'un petit galet de jaspe rouge et d'une petite Vénus, tous nos livres de préhistoire et d'histoire seront  sans doute à réécrire !

jeudi 20 mars 2014

Walden ou la vie dans les bois ...

 
" Mon plus grand talent a été de me contenter de peu" (Henry David Thoreau)

En 1845, en pleine période d'industrialisation, un homme décide de tourner le dos à la civilisation et s'installe seul dans les bois du Massachussets, près d'un petit fleuve nommé Walden, à mille lieues de tout voisinage. Cet homme est essayiste, philosophe, mémorialiste et poète. Il se nomme Henry David Thoreau*. Le livre que nous vous proposons de découvrir (ou de redécouvrir) cette semaine, n'est autre que le journal qu'il a alors entrepris d'écrire durant ses deux ans et deux mois d'extrême solitude.

Un classique de la littérature américaine, doublé d'un hymne épicurien à la nature, aux saisons, aux plantes, aux bêtes, enfin, à toutes ces choses qui ne sont selon ses propres dires que " l'envers de ce qui est au dedans de nous ". Mais aussi, et ce dans la même veine que l'ouvrage, "Voyage au bout de la solitude ", écrit (beaucoup plus tard !) par Jon Krakauer, une réflexion sur une vie simple, loin de la technologie...

Walden ou la vie dans les bois / Henry David Thoreau ; traduit de l'anglais par L. Fabulet. - Paris :
Gallimard, 2000. - (Coll. L'imaginaire)

* Henry David Thoreau est aussi connu pour son ouvrage " La résistance civile ", dans lequel il argumente une résistance individuelle à un gouvernement souvent jugé injuste.

jeudi 13 mars 2014

Cultivons-nous!


"Il faut cultiver son jardin."
in Candide de Voltaire

Qui suis-je?

Je suis belle et je sens bon, j'orne vos balcons et vos jardins, je pousse en pots ou en pleine terre, je soigne, je me laisse manger à toutes les sauces, je parfume tous vos plats et je pousse presque tout seule...

Je suis, je suis...une plante aromatique!

                              

Aurone, aneth, basilic, balsamite, capucine, carvi, cerfeuil, citronnelle, fenouil, lavande, livèche, marjolaine, roquette et souci sont autant de noms qui font rêver et qui font partie de la grande famille des plantes aromatiques.

Les plantes aromatiques sont des plantes qui produisent des arômes lorsqu'on les frôle ou qu'on les froisse, elles ont tellement de vertus et d'utilisations que l'on s'en sert depuis l'antiquité.
Elles sont de plus très faciles de culture, comme nous l'apprend Serge Schall dans son livre "Et si l'on faisait soi-même son jardin d'aromates?"
Si vous avez envie de vous lancer dans l'aventure des plantes aromatiques ou simplement si vous êtes curieux, ce livre vous apprendra tout sur leur histoire, comment les choisir, comment les cultiver, comment les conserver, les multiplier, les soigner pour bénéficier de tous leurs bienfaits.


Et si l'on faisait soi-même son...Jardin d'aromates? / Serge Schall. - Paris : Presses du Châtelet, 2013
635.7 SCH j




Enfin si vous avez simplement envie d'admirer de belles espèces de plantes aromatiques, rendez-vous dans les jardins de La Maison d'Érasme. 

                               Maison d'Erasme - Erasmushuis



" Le jardin d’Érasme est un jardin des plaisirs et des savoirs, composé d’un premier jardin de plantes médicinales du paysagiste René Pechère (1987). 
Dans ce jardin des maladies, véritable portrait botanique de l’humaniste, on cultive une centaine de plantes du XVIe siècle, employées par Érasme pour se guérir. Derrière ce jardin du corps, il y a un second jardin qui est comme le jardin du jardin : un jardin philosophique, pour aider à penser le monde. En s’inspirant du texte “Le banquet religieux”, écrit par l’humaniste après son séjour à Anderlecht (1521), des parterres cartographiques ont été aménagés au printemps 2000 dans lesquels le visiteur admirera les plantes et les fleurs qu’Érasme, premier grand Européen, a contemplées lors de ses nombreux voyages. Jardin du corps, jardin du monde, ce lieu abrite une série de “chambres philosophiques” créées par des artistes contemporains qui sont autant d’invitations à s’asseoir pour jouir du temps qui s’écoule ou discuter avec ses amis..."



La Maison d'Érasme et ses jardins
Rue du Chapitre, 31
B-1070 BRUXELLES
Tél. + 32 2 521 13 83
Fax + 32 2 527 12 69
E-mail : info@erasmushouse.museum
Accès: Google map



jeudi 6 mars 2014

Les trésors cachés de Bruxelles ...



" Bruxelles, ma belle, je te rejoins bientôt, (...), Bruxelles, attends-moi j'arrive, bientôt je prends la dérive. ( Dick Annegarn)

Nous le savions tous enfants : les plus beaux trésors sont les trésors cachés ! Ceux qui étaient ensevelis sous le sable et que nous avons dû chercher puis découvrir à l'aide d'un plan. C'est donc sous la forme de 9 plans que le journaliste Derek Blyth nous propose son ouvrage : Bruxelles surprises : 500 coups de cœur, et qu'il nous emmène à la découverte des trésors insoupçonnés de Bruxelles ! Par exemple, saviez-vous que la cafétéria du dernier étage de la Bibliothèque royale offrait une vue imparable sur notre petite capitale ? Ce petit guide original est divisé en 100 catégories et sa motivation principale est de nous faire découvrir les perles cachées d'une ville où nous allons et venons tous les jours. En partant ainsi à la rencontre de René Magritte ou de Victor Horta, ou en visitant l'un des " 5 petits musées les plus sympas ", nous pouvons appréhender Bruxelles sous un autre jour, et... être le touriste de sa propre ville !

Bonne visite, donc !

Bruxelles surprises : 500 coups de cœur / Dereck Blyth ; photos de Joram Van Holen ; traduction française de Nicolas De Smet Van Dam. - Bruxelles : Mardaga, 2013

mardi 4 mars 2014

Horaire pendant la semaine de Carnaval

Chers lecteurs,

Pendant la semaine de carnaval, la bibliothèque sera fermée de 12 h à 13 h.

Votre équipe.

MIAM MIAM !

Le nouveau numéro de la revue 
"Les bibliothécaires se cachent pour lire..." 
est disponible à la bibliothèque Brand Whitlock.



Ce mois-ci le thème est : L'ALIMENTATION
Un numéro concocté pour se régaler !