mercredi 21 novembre 2012

Sir Arthur Conan Doyle



«  Lorsque vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité ».


Sir Arthur Conan Doyle, écrivain surtout connu pour l’invention de son personnage Sherlock Holmes, est né le 22 mai 1859 à Edimbourg, en Ecosse. Si ses romans mettant en scène le célèbre détective furent considérés dès leur parution comme une œuvre d’innovation majeure pour le roman policier, cet écrivain prolifique a aussi été l’auteur de livres de science-fiction, de romans historiques, de pièces de théâtre, de poésies et d’œuvres historiques. Son éducation fut catholique, mais en 1875 il rejeta le christianisme pour devenir agnostique. De 1876 à 1881, il étudie la médecine à l’Université d’Edimbourg, et c’est pendant ses études qu’il écrit ses premières nouvelles. De même, c’est dans son cabinet médical, en attendant des patients qui ne viennent pas,  qu’il rédigera son premier travail d’importance : une étude en rouge, dans lequel apparaît pour la première fois Sherlock Holmes, personnage inspiré d’un de ses professeurs d’université. Le détective aussi rationnel qu’intuitif aura beaucoup de succès, pourtant, en 1890, Conan Doyle songe à le tuer. Il écrit à sa mère : je réfléchis à tuer Holmes ;…et le liquider corps et âme. Il me détourne l’esprit de meilleures choses. » En 1893, dans son roman : « le dernier problème », il fait donc disparaître son héros dans les chutes du Reichenbach. L’écrivain peut alors se consacrer à de tout autres travaux d’écriture. C’est sous la contrainte financière doublée de la pression de ses lecteurs, qu’il publie en 1903 « La maison vide », où il fait, en quelques sortes, « ressusciter » son héro. Après une vie remplie d’engagements politiques (pamphlet contre la guerre en Afrique du Sud), d’engagements contre des injustices notoires, et de beaucoup d’amour, il s’éteint le 7 juillet 1930. Ses derniers mots seront pour sa femme « : tu es merveilleuse. »

mercredi 14 novembre 2012


Sherlock Holmes

«  Un fait hors de l’ordinaire  est plutôt un indice qu’un embarras »

Sherlock Holmes, le détective le plus célèbre au monde, n’est qu’un personnage de fiction. Pourtant il s’agit d’un caractère si fascinant, si « british », si « typé », qu’il en est devenu un personnage de légende, et que, du statut de « héros de papier » il est passé à celui de « figure historique » ! Aujourd’hui encore, de nombreuses lettres de « fans » lui sont adressées à la mythique adresse du 221 B Baker Street, où d’ailleurs, une maison censée être la sienne a été construite et peut être visitée. Tout comme un personnage historique, Sherlock Holmes a droit à des biographes spécialisés, à des musées consacrés à sa « vie », et est à l’origine d’une nouvelle «  science », nommée Holmésologie. Il s’agit d’un canular littéraire qui dure depuis plus d’un siècle, et où les passionnés  décrivent leur héros préféré. En outre, ils expliquent les raisons des contradictions rencontrées au fil d’une œuvre dont la cohérence fut compliquée à mettre en place, puisqu’elle s’étala sur près de 40 ans. Sherlock Holmes y est dépeint comme un personnage excentrique, plutôt misogyne, drogué pendant son temps libre, détestant l’oisiveté mais aussi la police officielle. En effet, Sherlock Holmes n’hésite pas à bafouer la loi quand il estime qu’elle est en contradiction avec la « véritable » justice. Le détective est aussi doté d’une mémoire remarquable et d’un esprit de déduction hors du commun, contrebalancés par  une piètre culture, sinon quelques bonnes notions d’anatomie. Aidé de son grand sens de déduction, Sherlock Holmes résout les mystères en trois étapes : l’observation des indices, l’induction et la synthèse logique. S’il a commencé son activité professionnelle en 1878, c’est en 1881 qu’il rencontre son acolyte et ami intime, le docteur Watson. C’est ce dernier qui relate leurs aventures. Grand, mince, élégant mais négligeant, Sherlock Holmes est un fumeur. C’est également un mélomane averti qui joue du violon. .Pour la petite histoire, la célèbre phrase « élémentaire mon cher Watson », qui lui est associée au XXe siècle, n’apparaît nulle part dans les histoires écrites par Arthur Conan Doyle. C’est dans le premier film parlant sur le personnage «  le retour de Sherlock Holmes », sorti en 1929 qu’on peut l’entendre. Cette phrase est tirée d’un recueil de nouvelles, écrites par son fils, Adrian Conan Doyle : «  Les exploits de Sherlock Holmes ».

jeudi 8 novembre 2012

Robin des Bois, figure emblématique du folklore anglo-saxon

Robin des Bois est un héros archétypal du Moyen Âge anglais. Son nom en anglais: Robin Hood signifie littéralement " Robin à la capuche". Selon la légende telle que répandue aujourd'hui, Robin des Bois était un Brigand au grand coeur qui vivait caché dans la forêt de Sherwood et de Barnsdale, avec ses compagnons, dont le célèbre Petit Jean. Habile Braconnier, mais aussi défenseur des pauvres et des opprimés, il détroussait les riches nobles et fonctionnaires au profit des pauvres ou, selon les idéaux des narrateurs, rendait au peuple l'argent des impôts prélevés.Dans les différentes versions de son histoire, ses ennemis sont notamment le Shérif de Notthingham, qui l'aurait dépossédé de ses terres et déclaré hors-la-loi, un chasseur de primes du nom de Guy de Gisbourne et de riches abbés. Sa légende a inspiré un grand nombres d'oeuvres, dont un dessin animé de Walt disney en 1973. 

Origines et évolutions de la légende de Robin des Bois


Le personnage de Robin des Bois est mentionné pour la première fois dans un récit datant de 1337 intitulé Pierre Le laborieux ( Piers Plowman). Les premières ballades et pièces qui lui sont consacrées et sont parvenues jusqu'à nous sont datées d'environ 1450. Vers 1495, l'imprimeur Wynken de Worde publie "A Gest of Robyn Hode", une chanson de geste composées à partir de plusieurs ballades anciennes.

Dans les ballades du début du XVIème siècle, Robin est qualifié de "Gentleman", un terme qui à l'époque désigne un commerçant ou un fermier indépendant. A la fin du dit siècle, il acquiert un titre de noblesse et est alors désigné par le nom de Robin de Loxley ou de Robert Fitz Ooth, comte de huntington. C'est aussi durant cette période que les auteurs commencent à situer l'histoire de Robin des Bois dans les années 1190 lorsque le roi Richard Coeur de Lion part pour la troisième croisade. C'est aussi à cette époque tardive qu'apparaît le personnage de Marianne ( ou Marion), la fiancée de Robin.

Oeuvres littéraires reprenant cette légende

  • En 1641, Robin des Bois apparaît dans The Sad Sherherd ( Le Triste Berger) de Ben Jonson.
  • En 1795, Joseph Ritson réalise la première compilation importantes de ballades anciennes: sous le titre Robin Hood: A Collection of all the Ancient Poems, Songs and Ballads, now extant, relative to that celebrated Outlaw.
  • En 1819, Robin devient l'un des héros du roman historique de Walter Scott: Ivanhoe. Il est présenté comme un rebelle saxon combattant les seigneurs normands.
  • En 1838, ce personnage inspire un grand feuilleton journalistique qu'Alexandre Dumas utilisera pour écrire deux romans: Le Prince des voleurs ( 1872) et Robin Hood le Proscrit (1873).
  • C'est en 1883 que Robin des Bois devient un héros de la littérature enfantine, dans The Merry Adventures of Robin Hood of Great Renown in Nottingshmshire d'Howard Pyle.

Robin des Bois version Disney, sous les traits d'un malin Renard