mercredi 29 août 2012

Relire Hermann Hesse...


" Tu ne sais rien de la sagesse tant que tu n'as pas fait l'expérience des ténèbres qui retranchent d'un chacun, sans recours et sans bruit."

Enfant, Hermann Hesse était  turbulent. Son premier succès  "Peter Camenzina" raconte la révolte d'un enfant contre sa propre famille. Tout au long de son oeuvre, Hermann Hesse n'a fait  rien d'autre que nous raconter ce que peut traverser un homme pour trouver son individualité, sa nuance et sa vérité, sans jamais  faire l'impasse sur la part d'ombre, d'angoisse et de violence que tout un chacun rencontre dans sa vie.  Ainsi, Hermann Hesse n'a jamais fait tabou du pire mais n'a pas non plus oublié d'écrire  l'amour, la joie, et les relations humaines.


Par ailleurs, il  a toujours posé un regard sévère et inquiet sur la naissance de la société industrielle. Lors de la première guerre mondiale, il a opté pour une position pacifiste. Les 50 ans de la mort d'Hermann Hesse sont peut-être pour nous l'occasion de nous  (re)plonger dans l'oeuvre de cet écrivain unique, couronné par le prix Nobel de littérature en 1946, et qui, dès l'âge de 12 ans, disait de lui-même qu'il voulait être poète et " rien d'autre".




jeudi 23 août 2012

Sous le soleil...

Malgré un mois de juillet au temps... disons approximatif, notre petite Belgique a bénéficié du soleil pendant quasi tout le mois d'Août. Ainsi, nous avons pu sortir nos sandales, nos lunettes de soleil, et pour les filles, nos petites robes d'été. Certains d'entre nous ont profité des beaux week-end pour se prélasser sur le sable de la côte. Nous avons pu aussi, sinon ça manquerait de charme,  nous plaindre des températures estivales, voir caniculaires.

La fin du mois d'Août approche à grand pas et avec elle son petit parfum de  rentrée. Bientôt il sera temps de ramasser les petits marrons en bas des arbres. Rentrée scolaire, rentrée littéraire, bref, de bonnes nouvelles  pour les bibliothécaires! 

Nous espérons que vous aurez tous passé de bonnes vacances!

mercredi 8 août 2012

Aux origines des superstitions...


Pour venir jusqu’à nous, vous avez fait une longue route… En chemin vous avez croisé un chat noir, c’est ensuite les doigts que vous avez croisés pour qu’il ne vous arrive rien ! Quelques rues plus loin, vous avez évité soigneusement de passer sous une échelle. Si jamais vous n’avez rien fait de tout cela, ne vous croyez pas sorti d’affaire : Francis Bacon lui-même écrivait : « Il y a de la superstition à éviter la superstition ». Mais d’où nous viennent ces croyances anciennes? Voici quelques explications pour certaines d'entre elles...

Le chat noir 
Pourtant déifié en Egypte, le chat  est depuis le Moyen-âge un animal à la réputation diabolique. Lorsqu’il est noir, il est carrément considéré comme le suppôt du démon. Ceci en raison de sa couleur, mais surtout de sa vie nocturne.

L’échelle sous laquelle il ne faut pas passer 
L’échelle a toujours été considérée comme le symbole de la verticalité entre le ciel et la terre ; elle représente les échanges entre le monde divin et le monde terrestre. La conséquence est qu’elle est également le signe d’ascension et de progression vers la perfection. On considère que l’échelle forme avec le mur contre lequel elle est posée un triangle réservé à Dieu, ce implique qu’il est interdit de pénétrer dans cet espace en passant dessous.

Les doigts que l'on croise
Ce signe remonte au temps des premiers chrétiens persécutés qui croisaient les doigts en guise de signe de croix et de reconnaissance mutuelle. Ce signe est maintenant associé à un vœu.

Le trèfle à quatre feuilles
La légende raconte qu’Eve, chassée du jardin D’Eden, tenait dans sa main un trèfle à quatre feuilles, souvenir du paradis perdu. Pour les druides, le quadifolium conférerait à son heureux propriétaire le don de percevoir la présence des démons. A chacun des lobes de ce trèfle très rare (un trèfle à quatre feuille pour dix mille à trois feuilles) est associé un élément favorable : richesse, santé, bonheur et amour.

Le fer à cheval
Cet objet a toujours été considéré comme doté de pouvoirs bénéfiques. Tout d’abord, il est en contact avec la plus belle conquête de l’homme, le cheval. Ensuite, il est en fer, métal qui a la réputation d’écarter les démons et les mauvais esprits. Enfin sa forme rappelle la lune, symbole de fertilité, ou bien la lettre C, initiale du mot Christ. C’est pourquoi depuis son apparition au IXe siècle, le fait d’en trouver un est de bon augure.

Le pain que l'on  ne peut pas poser à l’envers
Beaucoup de boulangers d’autrefois, comme ceux d’aujourd’hui, ne faisaient qu’une fournée quotidienne de pains, et les clients venaient les acheter de bonne heure. Pas le bourreau, tenu par ses horaires de travail. Les exécutions ayant souvent lieu à midi, il arrivait après tout le monde.  le boulanger réservait donc pour lui un  pain qu'il mettait de côté, à l’envers, pour éviter toute confusion. Ainsi, personne ne réclamerait ce morceau-là. C'est pourquoi, poser son pain à l’envers sur la table, c’est comme «  inviter le bourreau chez sois ».

mercredi 1 août 2012

Quelques citations à propos de la littérature...















- « La vie est la source de la littérature et la littérature doit être fidèle à la vie. »

 Gao Xingian


- « La littérature ne change ni l'homme ni la société. Pour autant l'absence de littérature rendrait l'homme encore plus infréquentable »

Tahar Ben Jelloun


- « La littérature est l'essentiel ou  n’est rien »

 Georges Bataille

- « La littérature c'est la vie intérieure qui devient de la vie. »
Pierre  Baillargeon

- « En littérature  le plus sûr moyen d'avoir raison, c'est d'être mort »Victor Hugo

- « Et tout le reste est littérature »Paul Verlaine

- « La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas. » Fernando Pessoa

- « La littérature je l'ai, lentement, voulu montrer, c'est  l’enfance enfin retrouvée » Georges Bataille

- « La littérature c'est la pensée accédant à la beauté dans la lumière. »

 Charles Du Bos


- « Il n'y a pas de littérature sans péché »

Graham Greene


- « La littérature n’est absolument pas une démocratie et heureusement ! »

 Amélie Nothomb


- « La littérature doit  être  facile à comprendre et difficile à écrire »

Wang Chung 


- « Le difficile en littérature, c'est de savoir quoi ne pas dire. »

Gustave Flaubert


- « La littérature: un coup de hache dans la mer gelée qui est en nous. »

 Frank Kafka


- « C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature »

 André Gide


- « Au théâtre ou dans la littérature plus les gens attendent des choses plus il faut leur donner le contraire. »

Christine Angot.

- « La littérature est, profondément, un art  conceptuel; c'est même, à proprement parler, le seul. »

 Michel Houellebecq