jeudi 27 janvier 2011

Martine est orpheline



Voici maintenant quelques jours que monsieur Marcel Marlier, l’illustrateur de la série « Martine » nous a quittés. En rendant hommage à ce grand dessinateur belge, l’occasion nous est donnée de nous pencher sur le destin de sa petite héroïne.

C’est en 1954 que le visage de Martine naît, sous la plume de l’illustrateur. Marcel Marlier lance alors sa série avec l’aide du scénariste, Gilbert Delahaye.
Avant cela, Marcel Marlier avait déjà illustré quelques ouvrages pédagogiques, ainsi que les œuvres d’Alexandre Dumas ou encore de la comtesse de Ségur.
En 1969, il avait même créé sa propre série, dont il était également l’auteur : « Jean-loup et Sophie » qui feront l’objet de douze albums.

En 1997, Gilbert Delahaye décède et Martine se retrouve déjà un peu orpheline. Ce n’est autre que Jean-Louis Marlier, le fils de Marcel, qui inventera de nouvelles aventures à Martine.

De 1954 à 2011 donc, Martine et ses amis auront vécu leurs aventures dans un monde en constante évolution. Et cela ne se sera pas fait sans quelques anicroches.

Par exemple, lorsque le premier album paraît (Martine à la ferme), Martine est accompagnée d’une amie africaine nommée « Cacao ». Si la génération d’après guerre ne sent pas choquée que l’on nomme une petite fille selon la couleur de sa peau, les générations dénonçant le racisme et le colonialisme ne le verront pas de cet œil. La petite « Cacao » troquera donc son prénom pour « Annie » dans les prochaines éditions.

Quant aux féministes des années 80, elles reprocheront à Martine d’être trop sage. La petite fille sera vue comme trop soumise dans un monde misogyne et paternaliste, trop cantonnée dans son rôle de « fille ». Marcel Marlier se défend : « Non Martine n’est pas trop sage, mais elle cherche à bien faire ».

On ira même, au alentours des années 90, jusqu’à accuser Marcel Marlier de Pédophilie ! Celui-ci n’hésite pas à dessiner les jupons ou la culotte ( selon les époques ) de Martine lorsqu’elle se penche. Dans les prochains albums, Martine sera donc en Pantalon.
Dans les années 2000, on n’hésite pourtant pas sur le web à dénaturer les titres des aventures de Martine, avec un goût que certains trouveront douteux. (Dont Marcel Marlier lui-même !) Le site internet, se proposant de faire de « nouvelles couvertures » à Martine, sera fermé.

Voilà ! Comme nous l’avons vu, il n’est pas facile de traverser le temps ; les mentalités changent. Aujourd’hui la petite Martine, dessinée sous des traits naïfs ou académiques, peut nous paraître surannée. Mais n’est-ce pas aussi ce qui fait son charme ? Non contente de rejoindre le patrimoine belge, Martine ce sont aussi trois générations de femmes qui se sont succédées pour rêver devant ces beaux dessins, les mères et les grands-mères ayant su faire honneur au « transgénérationnel ».
Si les illustrations tout autant que les thèmes des livres jeunesse ont bien changé aujourd’hui, Martine, elle, sera toujours la petite fille « middle class », naïve et un peu trop sage. Elle fait partie, désormais, de notre culture. En lui disant au revoir, nous pouvons dire « merci » à son papa, Marcel Marlier.

jeudi 20 janvier 2011

Révolution en Tunisie et patrimoine culturel


Les Tunisiens se sont révoltés en janvier 2011 contre la dictature du président Ben Ali.
Cette révolution a été appelée "la révolution du jasmin" au cours de laquelle de nombreux Tunisiens ont été tués. Des magasins et des véhicules ont été incendiés et pillés. Des affrontements ont eu lieu entre les manifestants et les policiers mais, heureusement, l'armée a réfusé de tirer sur la foule.


Après ces événements, nous pensons bien sûr en priorité à la population qui a souffert pendant les 23 ans de dictature et pendant les émeutes récentes. Mais nous pensons aussi à l'art tunisien et, en particulier, au sort des nombreuses et magnifiques mosaïques romaines présentes dans ce pays. Ces mosaïques sont les témoins de l'apogée de l'empire romain en Afrique du Nord au IIème siècle après J.C. Elles sont parmi les plus belles de l'Antiquité. Les sujets sont très variés : chasse à courre, scènes mythologiques, scènes marines, scènes rurales, décors fleuris et géométriques. En particulier, les triomphes dionyssiaques représentant les triomphes de l'empereur sont très réputés.


Il serait dommage que ces trésors du patrimoine culturel tunisien conservés au musée du Bardo ou in situ, soient déteriorés. Espérons qu'ils ne subissent pas le sort des Bouddhas géants de l'Afghanistan ou des oeuvres qui étaient conservées au musée archéologique de Bagdad lors de l'invasion américaine. Mais nous croyons pouvoir être optimiste, car les Tunisiens ont conscience de la valeur de leur patrimoine historique et de l'atout touristique qu'il représente.

jeudi 6 janvier 2011

La voiture de demain...salon de l'auto oblige


Suite aux problèmes climatiques, les constructeurs automobiles redoublent d’effort pour proposer la voiture qui polluera et consommera le moins : La voiture Hybride

La voiture hybride

Il s’agit d’une voiture comme les autres sauf qu’elle est dotée d’une part d'un moteur thermique permettant de donner plus de puissance et d’autre part d’un moteur électrique et de batteries, dans ce cas là, le moteur thermique reste éteint et la voiture roule à faible vitesse.
Ceci dit, les deux moteurs peuvent fonctionner en même temps afin de délivrer au véhicule la puissance maximale (sur l’autoroute par exemple).


Le rechargement des batteries se fait de manière automatique en récupérant l'énergie libérée lors de chaque freinage. Actuellement, certains modèles peuvent se recharger sur une prise de courant. Ce sont dès lors des hybrides « plug-in ».

Quelques avantages de la voiture hybride :
  • Faire des économies vu qu’elle consomme moins de carburant
  • Participer à la protection de la planète en rejetant moins de gaz à effet de serre
  • Des réductions fiscales et autres crédits d’impôts sont possibles lors de l’achat d’une voiture à faible émission
  • Pas de problème d’autonomie : les batteries se rechargent au freinage

Quelques inconvénients de la voiture hybride :

  • Le prix d’achat des véhicules hybrides est plus élevé que celui des véhicules classiques
  • La voiture ne fait aucun bruit et peut donc être un dangers pour les piétons traversant la route
  • Les batteries s’usent et ne sont pas éternelles
  • Le haut voltage des batteries d’une voiture hybride est potentiellement dangereux lors d'un accident

Les modèles :

  • Golfette
  • Scooter électrique et scooter hybride
  • Trottinette électrique
  • Vélo électrique ou vélo à assistance électrique (VAE)
  • Voitures
  • Voiturette électrique (destinée aux personnes à mobilité réduite)